dimanche 29 mars 2009

Après l'effort, le réconfort (II)



Le procès devant avoir lieu le mercredi suivant, je n'avais qu'une toute petite semaine pour me préparer aux questions du procureur. Et oui, on ne s'en rend pas compte en regardant Law & Order mais les temoins sont bien préparés (et heureusement !) avant d'être lâchés dans la cour ! Vous imaginez le nombre de crises d'hystérie devant le juge, sinon ? J'ai donc passé les jours suivants au téléphone avec le procureur et le monsieur de l'IRS, à me préparer pour le jour J.

Je ne vous cache pas que les deux premières entrevues téléphoniques ont été particulièrement éprouvantes. J'étais tendue, mes souvenirs n'étaient parfois pas très clairs et je ne voyais pas toujours où le procureur voulait en venir. Le plus difficile a été de réussir à expliquer les fonctionnalités du logiciel informatique développé par mon ancien employeur. Comment résumer en deux phrases les capacités d'un système qui a demandé des années de développement ? Comment faire pour que chaque membre du jury, dont la formation n'est pas nécessairement scientifique, puisse réellement saisir la nature de ce logiciel ? J'ai finalement passé plus de deux heures au téléphone sur l'espace de deux jours (sans compter les répétitions faites le dimanche matin avec Jonathan) à tenter d'expliquer au procureur la nature de ce fameux logiciel. Sans grand succès. Je commençais à sérieusement me fatiguer et à me décourager lorsque deux choses se sont produites :

1) Le monsieur de l'IRS m'a chaudement remerciée d'avoir réussi à lui expliquer des choses qu'il essayait de comprendre depuis des semaines.
2) Le procureur, me sentant tendue au téléphone, m'a demandé d'arrêter mes explications, de respirer un grand coup, de me calmer et de parler naturellement.

J'ai donc respiré un grand coup, repris confiance en moi et le miracle s'est produit : "les mots pour le dire [sont venus] aisément". Quel soulagement ! Nous avons donc pu enchaîner sur les questions supplémentaires ("êtes-vous née aux Etats-Unis ?" et "combien de temps avez-vous travaillé pour cet employeur ?") qui m'ont paru bien simples en comparaison.


Le magasin Ross, près de la cour fédérale

Le jour du procès est enfin arrivé. Le jury devait être sélectionné le mercredi matin et le procès commencer l'après-midi. Mon témoignage était prévu pour le lendemain. Le mercredi soir, le procureur m'a appélée pour m'informer que la sélection du jury avait duré plus longtemps que prévu car chaque candidat avait été interviewé... par écrit. Mon témoignage était donc repoussé au vendredi après-midi. Il m'a alors donné rendez-vous à la cour fédérale le vendredi à midi pour une dernière préparation au procès suivie, je l'espérais, de mon appel à la barre. J'avais néanmoins plusieurs questions pour lui. Devais-je assister à tout le procès ? Non, je n'y étais même pas autorisée. J'allais attendre mon tour dans une salle d'attente accompagnée d'un livre et, éventuellement, d'un agent du FBI. Pouvais-je venir accompagnée ? Oui, si je le souhaitais. Quelle bonne nouvelle ! Je me suis empressée de proposer à Anne, ma précédente manager désormais à la retraîte, de venir assister à son premier procès dans une cour fédérale. Comme dans les films !

Et c'est ainsi qu'un vendredi matin glacial du mois de février, Anne et moi avons pris la route pour Philadelphie.

Mise à jour : vous pouvez lire les épisodes suivants ici :

9 commentaires:

  1. Sympa ton blog! Articles intéressants!
    Viens visiter mon blog qui traite sur les plus gros buzz du net du moment.
    Pour que ton blog soit visité via mon blog inscris toi en tant qu'"abonné fidèle".
    J'en ferai de même en m'inscrivant à ton RSS.
    bon fin de week-end.
    http://buzzbuz.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Estelle.

    Cela a dû en effet être terriblement éprouvant. Je ne sais pas comment tu en es arrivée là, mais cela doit être un soulagement maintenant.

    Je pense à toi à mon rayon crèmerie, ici à Vancouver. Je me réfère souvent à tes petits guides de survie en terre Nord Américaine ;)

    RépondreSupprimer
  3. La suite, la suite !!!
    Tu nous tiens en haleine....

    RépondreSupprimer
  4. Cette histoire c'est tout benef. C'est une therapie grandeur nature aux frais de l'Etat. Tu en ressortiras plus forte et tu pourras rayer d'un grand trait cette vieille et malheureuse experience. Gros bisous a Melissa.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Estelle!

    Le principal est que tout se passe bien pour toi.C'est sur que cela a du être éprouvant!Tu nous tiens vraiment en haleine!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour! You've got an award at my place, come check it out!

    RépondreSupprimer
  7. LA suite! La suite! La suite! C'est incroyable ce qui t'arrive! Piou, j'en suis toute ébourrifée! J'espère qu eça s'est bien passé... Je comprends ton stress...
    A plus
    Cath

    RépondreSupprimer
  8. c'est stressant - Law & Order ils vont s'inspirer de ton histoirre un jour pet' :) - relaxe toi - c'est sur que qd on a affaire a un procureur on se sent 'coupable' d'office alors qu on est innocents.

    RépondreSupprimer