lundi 18 avril 2016

En 2016, je (re)lance un blog - 4ème partie : quels sont vos objectifs ?

En 2006, je faisais la connaissance des francophones de ma région via mon blog. En 2016, je les rencontre grâce à Facebook ! Ces femmes pleines de talent sévissent actuellement sur mon groupe Facebook destiné aux aspirants blogueurs. Je suis tout à gauche, aux côtés de Marine de Flying to the USA, Audrey de Little Normandy, Allons-voir si l'Amérique, ainsi que d'Aurélie de Naturophila.

Ce billet est le quatrième d'une série d'articles destinée à vous guider dans le lancement de votre blog. Je vous apprendrai notamment à définir une stratégie digitale pour faire connaitre votre blog dès son lancement. En attendant, je vous invite à rejoindre le groupe d'entraide sur Facebook et parcourir les premiers articles de la série.

En janvier, nous avons etudié la question de la mission et des motivations. Aujourd'hui, je voudrais vous demander réfléchir à vos objectifs. Nourrir un blog demande du temps, parfois aussi de l'argent, mais que souhaitez-vous souhaitez exactement en retirer ? Tout dépend de vous : il n'y a ni bonne, ni mauvaise reponse, l'important étant d'être en accord avec soi-même. Votre objectif peut être simple - garder le contact avec votre famille, si vous êtes expat, faire connaitre un mode d'alimentation - ou plus ambitieux - avoir un blog influent, s'imposer comme expert dans une industrie. N'ayez surtout pas peur, ni honte d'être ambitieux, laissez-vous rêver grand, vos objectifs n'appartiennent qu'à vous !

Munissez-vous donc d'une feuille de papier et d'un crayon et prenez quelques instants pour définir vos objectifs en tant que blogueur. Qu'est-ce que vous souhaitez accomplir grâce à votre blog et, plus concrètement, comment en allez-vous mesurer le succès ?

En fonction de ce que vous souhaitez accomplir, vous attacherez le succès de votre aventure bloguesque à un nombre de visites sur une période de temps donnée, à un nombre de partage de billet, à un objectif personnel (un billet qui a su retranscrire correctement vos émotions), peut-être que vous souhaitez passer à la télé ! Si votre blog a pour but de promouvoir un produit ou un service, peut-être que vous en definirez le succès par le nombre de nouveaux clients que celui-ci vous permettra de gagner. Une chose est sûre : votre définition du succès n'appartient qu'à vous et vous devrez vous sentir en phase avec celle-ci.

Une petite anecdote à ce sujet. Il y a 11 ans, lorsque les journalistes ont commencé à se pencher sur le phénomène des blogs mais qu'il n'y en avait beaucoup moins qu'aujourd'hui, ma trombine et mon blog avons été mis en avant dans plusieurs magazines (Elle, Marie-Claire, Internet Pratique). Plus tard, je suis même passée à la radio (j'ai parlé à Julie Andrieu !). A l'époque, j'ai vraiment cru que j'avais atteint mon objectif et que le monde allait changer. Dans les faits, je me suis rendu compte que voir ma tête sur papier glacé ne me faisait absolument RIEN et que le fait de recevoir le magazine français aux Etats-Unis me donnait bien plus de plaisir que de m'y retrouver. Cela m'a alors permis de prendre une certaine distance avec mes statistiques et de m'interroger sur ma propre définition du succès.

Aujourd'hui, mon blog me permet de poursuivre la discussion avec les lecteurs du Guide de survie alimentaire aux Etats-Unis et il s'agit également d'une plateforme d'experimentation  pour mes projets d'ecriture. Pour être honnête, j'ai plusieurs fois remis en question mon envie de poursuivre l'aventure bloguesque : bloguer est une activité incroyablement chronophage et j'obtiendrai de meilleurs résultats en terme de visibilité en investissant sur Instagram, qui est une plateforme bien plus efficace pour se faire connaitre, ou en configurant une pub Facebook (je l'ai déjà fait aussi).

Si j'ai décidé de poursuivre l'aventure, c'est que le blog reste avant tout une plateforme qui me permet d'écrire en français. J'ai passé plus d'un tiers de ma vie aux Etats-Unis et je m'exprime avec beaucoup plus de facilité en anglais qu'en français. Ca me fend le cœur ! Je veux pouvoir traduire mes émotions avec autant d'exactitude en français qu'en anglais et c'est pour ça que je continue d'investir dans mon blog. Le succès, pour moi, c'est de réussir à exprimer mes emotions comme je l'avais fait dans ce billet (l'un de mes préférés).

Oh et pour en revenir aux magazines... Je ne vais pas mentir : ça fait toujours son petit effet sur les collègues de dire qu'on a été dans le "French Marie Claire", il faut bien profiter quand même ;)

A votre tour : quels sont vos objectifs en tant que blogueur/blogueuse ?

mercredi 6 avril 2016

Guide de survie alimentaire aux Etats-Unis, deuxième !


**Lisez l'article jusqu'au bout pour une offre spéciale + toutes les infos sur ma séance dédicaces chez Michel Cluizel USA à West Berlin, dans le New Jersey !**


Il y a exactement un an, je démissionnais de mon travail salarié après 10 années de bons et loyaux services. Je n'avais pas de plan particulier sinon celui de publier le Guide de survie alimentaire aux Etats-Unis, de boire plein de lattes et de manger des glaces en ville avec mes filles. Mon objectif était simple : reprendre mon souffle avant de reprendre le chemin du travail au mois de septembre.

Le 7 avril 2015, après plusieurs jours d'écriture et de relectures, je chargeais enfin la version électronique du livre sur la plateforme Gumroad. La couverture n'était pas très jolie, j'avais laissé passer quelques coquilles mais le fond était solide et je savais qu'il aiderait d'autres Français à trouver leurs marques aux Etats-Unis. Le coeur battant, j'ai donc appuyé sur "publier" avant d'aller prendre l'air. Sur le chemin du retour, j'ai réalisé ma première vente.

La suite, vous la connaissez : j'ai lancé le projet "37 chocolats" au mois de juin, imprimé le guide au mois de juillet, avant que le site French Morning n'y consacre un article au mois d'août. L'impact de cet article ayant dépassé mes attentes, j'ai alors pu embaucher un artiste pour donner un coup de jeune à la couverture. Le chemin du travail salarié, lui, je ne l'ai jamais repris.


La première édition du Guide de survie alimentaire aux Etats-Unis est aujourd'hui épuisée, même s'il en reste techniquement six exemplaires en France et deux aux Etats-Unis (ceux-ci sont vendus à 50% du prix original de vente de 14,99$, envoyez-moi un e-mail à estelle.tracy(at)gmail.com si vous souhaitez en acquérir une copie). Un an exactement jour pour jour après la sortie de la version électronique du guide, je suis ravie de vous présenter la version 2.0 de mon guide. Parmi les changements, vous noterez...

Une nouvelle couverture


La nouvelle couverture, c'est simple, je l'a-do-re ! Celle-ci est le fruit d'une collaboration avec l'artiste Dan McShane, un artiste de ma ville dont j'admire le travail depuis des années. Il a su infuser à son travail la touche vintage américaine qui me tenait à cœur et le résultat dépasse de loin mes espérances. C'était un risque de travailler avec un artiste 1) non-francophone et 2) sans expérience dans le monde de l'édition mais c'est un risque que je suis ravie d'avoir pris. Il nous aura fallu au total trois mois de pour concrétiser ma vision et je vous expliquerai dans un prochain billet comment Dan a réussi à la créer la couverture de mes rêves.

Oh et autre précision, en doublant le tirage du nombre de livres par rapport à celui du mois de juillet, j'ai pu faire imprimer la couverture sur un papier plus épais. Yes !

Un contenu mis à jour

Dick Taylor, une marque de chocolat artisanal que je recommande dans mon guide !

La section consacrée au chocolat s'est refait une beauté. Après avoir dégusté plus de 40 tablettes à dans le cadre du défi "37 chocolats", j'ai ajouté de nouvelles marques de tablettes dans ma liste de recommandations. J'ai également inclus une recette de crème fraîche, apporté de petites précisions suite au retour de certains lecteurs et ajouté le nom d'un nouveau fournisseur de thé que j'ai découvert cet été.
 .
De nouveaux partenaires

Crédit photo : Le Panier Francais

Voilà des années que je rêve de proposer des offres spéciales à mes lecteurs expats sur des produits qui nous manquent lorsqu'on vient de débarquer aux Etats-Unis. L'an dernier, j'avais approché 10 entreprises pour leur proposer de s'associer avec moi : deux m'avaient répondu, une seule, Le Panier Francais, avait été en mesure de proposer une offre aux lecteurs du guide.

Cette année, le succès du guide aidant, le réseau de partenaires s'est agrandi ! Tous les lecteurs du guide (ceux qui l'ont déjà comme ceux qui vont l'acheter) auront donc accès à 6 "codes de survie" pour mieux soigner leur mal du pays. Un grand merci à Miam Miam BoxBon Appétit Box, Le Panier Francais, Eurofood Depot, Babeth's Feast et Little Normandy pour leur confiance ! Vous recevrez le fichier d'offres au format PDF directement après avoir passé commande.


A titre de référence, il suffit d'une commande sur le site Bon Appétit Box pour amortir les frais d'achat du guide. 

Et le prix, alors ?

Le prix du guide papier reste inchangé, celui-ci est de 14,99$ auxquels s'ajoutent les frais de port :

  • 2$ aux Etats-Unis 
  • 3,50$ pour le Canada
  • 4$ vers la France et l'Europe.

Les frais de port sont offerts aux Etats-Unis jusqu'au 30 avril 2016 en saisissant le code "blog" au moment de passer votre commande.

Le prix de la version électronique reste inchangé jusqu'à la fin du mois d'avril 2016, il passera à 11,99$ à partir du 1er mai.

Commander le Guide de survie alimentaire aux Etats-Unis

Une séance dédicace !


Avec Michel Cluizel USA, la filliale américaine de l'entreprise normande Michel Cluizel, nous sommes en train d'organiser une séance dédicaces au mois de mai (la date est encore à déterminer) dans le Chocolatrium (musée du chocolat) situé à West Berlin, en banlieue de Philadelphie, dans le New Jersey. Pour plus d'info ou pour réserver votre place, veuillez contacter Josselin au (856) 486-9292. Au plaisir de vous y rencontrer !

Après le New Jersey, mon objectif est de rencontrer mes lecteurs à New York. Si vous connaissez un endroit susceptible de m'accueilir, merci de me contacter par e-mail à estelle.tracy(at)gmail.com. 

La suite...
"De l’humilité, de la curiosité, de l’honnêteté, de la simplicité, des possibilités et des opportunités ! Car finalement, c’est ce qu’Estelle apporte avec son guide : plusieurs voies possibles après à chacun d’en saisir les opportunités !"
Mon objectif est de vous donner les clés pour explorer votre région des Etats-Unis et y trouver de nouveaux repères. Je travaille donc actuellement sur un compagnon de route aux couleurs du guide pour que vous puissiez écrire la suite, inscrivez-vous dès à présent à la newsletter pour être informé de sa sortie.

Merci 

Pour finir, je tiens à remercier celles et ceux qui m'ont soutenue d'une manière ou d'une autre au cours des derniers mois, que ce soit par une parole, un e-mail, une lettre, une commande ou une tablette de chocolat. Ce sont ces manifestations de soutien qui permettent de traverser les plus grandes périodes de doute et de découragement quand je remets en question mes choix professionnels . Une pensée toute particulière pour Jonathan sans qui rien de cette nouvelle vie n'aurait été possible.

Merci de partager cet article avec vos amis expats, futurs expats, au pair ou futurs au pair aux Etats-Unis ! 

mercredi 30 mars 2016

Frédérique, Babeth's Feast et moi

**Lisez l'article jusqu'au bout pour une offre spéciale sur les produits Babeth's Feast !**

Ma rencontre avec Frédérique était inévitable. Je l'ai d'abord connue sur Instagram l'été dernier avant de découvrir à l'automne que appartenions aux mêmes cercles : Philadelphie Accueil, le French Meet-Up de West Chester, l'heure du conte à La Baguette Magique... Nous avions même des amies communes ! Notre amitié s'est construite rapidement autour de sorties en famille (nous avons quatre enfants à nous deux) et de bons petits plats : un agneau de 7h pour huit, une salade de lentilles entre Françaises, une crêpe à la pistache entre amies, sans oublier nos virées chez Philter. Je savais qu'elle quitterait un jour la région mais qu'importe, cela rendait nos aventures d'autant plus précieuses.

Je suis à gauche, Frédérique est à droite
Au mois de février, en plein cœur de l'hiver, je l'ai invitée à tester une sélection de produits de Babeth's Feast. Babeth's Feast ? Babeth's Feast, c'est, dans les mots d'une lectrice, "un Picard à New York", à une différence près : l'entreprise livre partout aux Etats-Unis. Celle-ci m'a fait parvenir une sélection de leurs produits, avec, à ma demande, une emphase particulière sur les produits boulangers puisque ce sont, selon moi, les plus difficiles à trouver en-dehors des grandes villes américaines.

J'avoue avoir bondi d'excitation lorsque la boîte s'est matérialisée sur mon perron un après-midi glacial de février. A l'intérieur, un bel assortiment de produits boulangers - baguette, petits pains, mais aussi briochettes et croissants crus - avec, en bonus, un kilo de pommes dauphines, une boîte d'ail émincé, deux soufflés au chocolat et une barquette individuelle de bœuf bourguignon.


La baguette de Babeth's Feast. Crédit photo : Babeth's Feast
Ce qui est bien, quand on invite des amis autour de plats surgelés, c'est qu'il n'y a pas grand chose à faire, sinon de glisser les plats au four avant que les invités ne débarquent. Quand Frédérique et sa famille ont sauté dans la voiture pour nous rendre visite le mois dernier, il a suffi d'une salade d'agrumes et de quelques tranches de bacon pour donner à notre repas un peu d'allure.

Une fois installés, les adultes à la grande table, les enfants à la petite, nous avons commencé le repas en plantant nos fourchettes dans des billes de pommes dauphine dorées à point*. Les hommes (non Français, je tiens à le préciser) n'étaient pas impressionnés mais, avec Frédérique, nous nous sommes régalées ! Les pommes m'ont rappelé les repas que ma maman nous préparait le mercredi après l'école. Nous les avons accompagnées de ketchup, évidemment.

*Il s'agirait en réalité de pommes noisette car les pommes dauphine contiendraient de la pâte à chou.

Nous avons enchainé sur les brioches, qui nous ont hélàs un peu déçues. En plus d'avoir peu levé à la cuisson, il leur manquait ce petit goût de beurre qui donne toute sa saveur à la brioche. J'admets avoir exagéré sur la cuisson mais que voulez-vous, elles ne voulaient pas monter ! Je préfère vous inviter à tester cette recette de brioche sans pétrissage pour satisfaire vos prochaines envies briochées.


La très bonne surprise nous provient du côté des croissants. Nous les avons comparés à ceux de Trader Joe's mais avons largement préféré ceux de Babeth's Feast qui étaient bien feuilletés avec un bon goût de beurre. Je les recommande donc chaudement. En bons parents indignes, nous avons donné les croissants de Trader Joe's aux enfants et gardé ceux de Babeth pour nous.

Un bémol, le temps de cuisson fantaisiste : 10 minutes pour transformer la pâte congelée crue en un croissant doré, c'est bien trop beau pour être vrai. Cela Marie de Babeth's Feast m'a assuré que l'entreprise révisait les instructions sur l'emballage. Dernière précision : ne vous fiez pas à leur forme courbée, ces croissants sont garantis pur beurre.

Résumé de nos impressions en vidéo :





La semaine suivante, nous avons testé les pains de Babeth's Feast que j'étais justement très curieuse de tester.

Commençons par la baguette. Vendue précuite, elle nécessite une vingtaine de minutes de cuisson comme le préconise l'emballage. Frédérique le souligne dans la vidéo, il s'agit plus d'une baguette de campagne qu'une baguette classique. Nous avons toutes les deux beaucoup aimé : Frédérique suggère de l'accompagner de fromage, je vous invite à la dévorer telle quelle. D'ailleurs, c'est ce que j'ai fait après le départ de Frédérique. Et hop, dans mon ventre.

Bon à savoir : contrairement à certains pains réalisés à partir de farine de blé américain, cette baguette était digeste et n'a pas causé de ballonnements.

Autre bonne surprise, les petits pains. Vous trouverez dans un sachet deux pains de chacune des quatre variétés proposées. Vendus précuits, prêts à être dévorés après une vingtaine de minutes au four, ils nous ont plu en raison de leur mie moelleuse et aérée, ainsi que leurs saveurs. Pour être honnête, je les ai trouvés très addictifs. Pourquoi pensez-vous que Frédérique a goûté à deux des quatre variétés de petits pains ?

Nos impressions en vidéo :





Aujourd'hui, Frédérique a quitté la région pour s'installer dans l'Etat du Rhode Island. Je suis contente pour elle, bien sûr, car son déménagement s'accompagne de changements positifs pour sa famille. Son amitié et sa joie de vivre vont cependant me manquer. Nous ne goûterons pas aux soufflés au chocolat ensemble mais qui sait, vous qui vivez dans la région de West Chester, vous seriez peut-être partante pour un déjeuner entre amies ? Après tout, il me reste encore deux petits pains au congélateur.

Pour résumer :

  • Babeth's Feast
  • Frais de port offerts partir de 50$ d'achats avec le code "hamburger&croissant" jusqu'au 30 avril 2016.
  • Une entreprise dynamique à qui je prédis un bel avenir. 
  • La copie est à revoir pour les brioches mais je recommande la baguette, les petits pains et surtout, les croissants !
  • A noter : Marie, la représentante de l'entreprise avec qui j'ai échangé plusieurs messages est très à l'écoute des retours clients.

mercredi 16 mars 2016

En 2016, je (re)lance un blog - 3ème partie : quelle est votre mission ?


Ce billet est le troisième d'une série d'articles destinée à vous guider dans le lancement de votre blog. Je vous apprendrai notamment à définir une stratégie digitale pour faire connaitre votre blog dès son lancement. En attendant, je vous invite à rejoindre le groupe d'entraide sur Facebook et parcourir les premiers articles de la série

Depuis que le groupe Facebook réservé aux aspirants blogueurs a vu le jour il y a deux mois, je suis ravie d'avoir pu assister à ma naissance de comptes Instagram, de pages Facebook et surtout de BLOGS ! Bravo à toutes et à tous d'avoir eu le courage de faire taire les critiques intérieures pour vous lancer dans l'aventure (micro)bloguesque. Toucher d'autres personnes par l'intermédiaire de nos photos et/ou de nos mots est une chose de magique et je suis ravie de savoir que vous êtes en train de goûter à ce plaisir.

Si vous aussi souhaitez lancer un blog cette année, je voudrais aujourd'hui vous inviter à vous interroger sur votre mission, celle qui vous pousse à vouloir partager vos écrits sur la toile. Maintenir et alimenter un blog sont deux tâches très chronophages et, en fonction de vos motivations et des objectifs que vous souhaitez atteindre, il sera plus judicieux de créer un compte sur une plateforme de micro-blogging comme Instagram ou Twitter. Ma question pour vous est donc la suivante : quelle est votre mission ?

Ma mission en image.

Pour celles et ceux qui travaillent en entreprise, vous êtes surement familier avec le "mission statement" ou la mission de l'entreprise dont l'énoncé tient généralement en une ligne. Imaginez à présent que vous êtes une entreprise et que vous deviez, en une seule phrase, résumer votre mission, comment la décririez-vous ? Attention, je ne parle pas ici de la mission de votre blog mais de celle qui vous pousse, en tant qu'être humain, à vouloir vous exprimer sur la toile.

Votre mission peut consister à promouvoir la cuisine végane, le beau, votre amour pour la course automobile ou le jardinage. Quelle que soit votre mission, réfléchissez aux manières dont vous pouvez l'accomplir, sachant qu'il est toujours plus sage et plus facile de commencer petit.

Dans mon cas particulier, ma mission est de mettre en avant ce qui est bon aux Etats-Unis, avec un intérêt particulier pour le chocolat. Ma mission définie, j'utilise les moyens qui sont à ma disposition pour partager mon message. Il y a le blog, bien sûr, mais aussi ma newsletter, la page Facebook de mon blog, le groupe Facebook réservé aux Bon plans gourmands aux Etats-Unis ainsi que mon compte Instagram (pfiou !). J'alimente les réseaux sociaux de manière quotidienne et j'ai pu apprécier la rapidité avec laquelle j'ai pu m'imposer dans le monde du chocolat alors que je ne disposais que de tois outils gratuits : un compte Instagram, une chaîne YouTube et une page Facebook. Ce n'est qu'à la fin du défi "37 chocolats", lorsque j'ai pris conscience que ma passion pour le chocolat était réelle, que j'ai décidé de lancer un blog consacré à ma nouvelle passion.

Ma mission en image.
A votre tour, prenez donc votre quelques minutes pour réfléchir à VOTRE mission, celle qui dictera la ligne éditoriale de votre blog. En réflechissant à celle-ci, vous commencerez à voir votre blog comme un moyen - et non le seul - de remplir celle-ci. Alimenter un blog demande beaucoup de temps et d'énergie et, en ne mettant pas tous vos oeufs dans le même panier, vous serez ravi(e)s d'avoir d'autres moyens que celui-ci pour remplir votre mission lorsque la naissance d'un bébé ou un déplacement professionnel viendra bousculer votre routine. En ce qui me concerne, j'utilise donc Facebook et Instagram pour partager mes découvertes. J'y poste de manière quotidienne et je viens sur le blog lorsque je souhaite m'attarder sur un sujet.

Alors, dites-moi, quelle est VOTRE mission ? Pour vous aider, voici quelques exemples de mission de trois blogueuses de mon groupe Facebook :

Otir, Un Jour à la fois
"Ma mission : tisser les liens qui nous relient à travers nos différences."
Un billet à lire : Le Birthday Book 

Katrien, bellaventure usa
"Rends toi si distrayant que toi même tu en sera ravi... Ma devise en quelque sorte. Grâce à mon blog je voudrais partager mon expérience sur un ton volontairement léger. Le surréalisme à la belge.... Je ne pense pas pouvoir dispenser de conseils... Juste amuser. Le sujet de mon blog ce n'est pas vraiment l'expatriation.... C'est Moi."
Un billet à lire : Sweet Shopping avec Amelie N.

Charlotte, Beyond The Bridge
"Je veux raconter le quotidien, raconter les gens, les decouvertes et mon experience sur une nouvelle terre d'accueil. Aujourd'hui la Californie mais demain ailleurs ! Who knows. Mon objectif : explorer. Mes guides : la curiosité et l'envie. Le titre du blog reflète ca : beyondthebridge, cest aller au delà des évidences et apparences. C'est écouter et comprendre. Les autres et mon for intérieur aussi !"
Un billet à lire : L'expat blues

jeudi 10 mars 2016

Lire en français aux Etats-Unis

Grâce à ma mère, Petit Ours Brun découvre l'Amérique 

Vous savez ce qui me manque aux Etats-Unis ? Ce ne sont ni les baguettes, ni les croissants mais les librairies. Depuis que la chaîne Border's a mis la clé sous la porte il y a déjà quelques années, le nombre de librairies américaines s'est en effet réduit comme peau de chagrin. Si ma petite ville compte trois librairies de livres anciens, le Barnes & Noble le plus proche se trouve à une demi-heure de route de la maison. Une demi-heure !

Lorsque je retourne en France, je prends naturellement un grand plaisir à parcourir les rayons des librairies parisiennes, je recherche les noms de mes auteurs favoris et je fais le plein de livres de poche. Car s'il y a bien quelque chose qui me manque encore plus que les librairies ici ce sont bien les livres en français. Mes séjours en France se faisant de moins en moins fréquents, j'ai du redoubler d'ingéniosité pour lire en français sans dépenser une petite fortune. Voici donc mes bons plans pour lire en français aux Etats-Unis.

Source no. 1 : les librairies en ligne

Le dernier Joël Dicker, à retrouver sur French Books Online

AbeBooks.com

Recommandé par mon amie Babeth, le site AbeBooks rassemble les catalogues de milliers de bouquinistes dans le monde. Elle y a commande régulièrement des livres en langue française.


Librairie new-yorkaise, Albertine est un projet des Services Culturels de l'Ambassade de France. Leur catalogue en ligne est impressionnant, les nouveautés littéraires semblent y apparaitre dès leur publication. Les frais de port s'élèvent à 5$ par livre.


Basé aux Etats-Unis, French Books Online propose une sélection limitée de livres français pour petits et grands. Vous y trouverez plusieurs livres d'auteurs connus, comme Amélie Nothomb, Delphine de Vigan ou encore Michel Houellebecq. Frais de port offerts à partir de 49$ d'achats.

LecturesDeFrance.com

Similaire à Fench Books Online, le site propose un catalogue limité mais qui inclut plusieurs livres de la série Martine !

MoustacheBooks.com

Bien que vous y trouverez plusieurs titres pour adultes, Moustache Books se spécialise dans les livres pour enfants. Pour en savoir plus, je vous invite à lire le portrait de la créatrice de l'entreprise sur le blog A New York avec Toi.

Source no. 2 : un vrai bon plan, PaperBackSwap !

J'ai trouvé ce livre de Guillaume Musso sur PaperBackSwap !

PaperBackSwap est un site d'échange de livres que j'adore ! Le principe est simple : vous postez les livres que vous souhaitez échanger et vous recevez un point dès qu'un utilisateur commande l'un de vos livres, sachant que vous êtes responsables des frais de port. Je suis toujours surprise d'y retrouver plein de livres français : L'élegance du hérisson, plusieurs livres de Guillaume Musso ainsi que de nombreux classiques de la littérature française.

Pour identifier les titres français, pensez à faire une recherche avancée par nom d'éditeur français tel que Gallimard ou Flammarion. Lorsque vous aurez identifié un titre, parcourez la bibliothèque de la personne qui a posté le livre. S'il ou elle est francophile, il ou elle en aura peut-être d'autres. Notez la possibilité d'enregistrer des livres dans sa wish list. Vous serez placé sur liste d'attente et le livre vous sera réservé pendant 48 heures.

Pour la petite histoire, j'ai fait la connaissance d'une lectrice francophone vivant à 30 min de chez moi après avoir commandé un titre de sa bibliothèque. Pas mal, non ?

Source no. 3 : les librairies de livres électroniques


Vous possédez un Kindle ? Associez votre compte à une adresse française pour pouvoir acheter des livres électroniques en langue française via Amazon.fr. A noter : vous perdrez l'accès à votre collection de livres français en associant votre liseuse à une adresse hors de France.

EBOOKEZVOUS.com

Il s'agit d'une librairie de livres électroniques en français pour les Etats-Unis. Le catalogue est assez vaste mais le prix des livres m'a paru plus élevé que sur Amazon.fr.

Source no. 4 : la famille et les amis

- Des liiiiivres !

Quand on la chance d'avoir de la famille et des amis prêts à tolérer nos chantages affectifs (comment ça, vous êtes au-dessus de ça ?), il faut en profiter ! Je ne remercierais jamais assez ma copine Diane de m'avoir fait découvrir le tarif "livres et brochures" de la Poste. Bien que le tarif ne soit pas publié en agence, ce tarif bien réel (la preuve) vous permettra de réaliser de belles économies sur les frais de port. Pour vous donner une idée, vous devrez compter 13,72€ pour envoyer 5 kilos de livres et/ou brochures. 13,72 € ! L'occasion pour votre famille de soutenir les libraires indépendants et d'assouvir votre soif de littérature française. 

Source no. 5 : la vie et ses surprises


"Those who don't believe in magic will never find it" disait Roald Dahl et je vous invite à garder l'esprit et les yeux ouverts lors de votre prochaine vadrouille en ville. L'odeur de la mer, c'est un livre de la collection Castor Poche que j'avais emprunté à la bibliothèque il y a trèèèèèèès longtemps. 25 ans plus tard, je le retrouve tout en bas d'une étagère dans un magasin Restore (l'équivalent d'Emaus) de ma ville. On m'en a demandé en tout 10 cents, une bonne affaire si vous voulez mon avis. Oh et vous avez vu la dédicace ?


Et vous, quelles sont vos sources de livres en français aux Etats-Unis ?