dimanche 2 octobre 2016

Là où on m'attendait


Dans la vie, il y a deux types de personnes : ceux qui savent depuis toujours ce qu'ils feront plus tard, et puis il y a les autres. Ceux ne savent pas ce à quoi ils sont destinés. Ceux qui l'ont peut-être su mais ne le savent plus. Ceux qui ne le savent pas encore. Et puis ceux qui ne le sauront jamais.

Partir à la rencontre de sa vocation n'est pas une tâche facile. Elle requiert discipline, persévérance, ainsi qu'une foi immense, en soi comme dans le monde. Les excuses ne manquent pour passer à côté de soi.

"Je n'ai pas le temps."

"Je manque d'argent."

"J'ai une famille."

"Je dois lancer une machine."

Je vous laisse insérer l'excuse de votre choix.

Mais il arrive un jour où on ne croit plus en ses excuses. Que faire alors, sinon remonter ses manches, serrer les dents et puiser dans ses ressources ? Armé de sa sa persévérance et de sa curiosité, on se met alors au travail. On s'entoure d'alliés : livres, amis, conjoint, groupe de soutien. Tous les encouragements sont bons à prendre.

La quête est longue. On avance, on tombe, on a mal, on sèche ses pleurs mais, à chaque chute, on se relève.

Et puis, un beau jour, alors qu'on baissait la garde, une petite voix se fait entendre. "Tu es là où tu dois être, à faire ce que tu es destiné à faire." Quand ce moment arrive, plus discret, qu'on ne l'imaginait, on dresse l'oreille. On est arrivé, enfin. La vie peut (re)commencer.

Il y a un an, un défi lancé sur un coup de tête a révélé ma passion pour le chocolat. Il y a d'abord eu 37 tablettes, en l'honneur de mon 37ème anniversaire, puis une 38ème et une 39ème... J'ai vite arrêté de les compter.

En janvier, j'ai commencé un blog au consacré au chocolat (www.37chocolates.com).

Au mois de juin, j'ai rencontré des producteurs de cacao péruviens.

Et puis, il y a deux semaines, Chris Thompson, le propriétaire de Philter Coffee, m'a invitée à former son personnel autour de sa sélection de tablettes. J'ai donc organisé une séance de dégustation et nous avons passé deux heures à partager nos impressions au sujet des tablettes. Entre les rires et les silences attentifs, j'ai entendu cette petite voix : "Estelle, tu tiens là la dernière pièce du puzzle."

La petite voix était si douce que j'ai failli ne pas l'entendre. Le chemin qui m'a menée là a été long et sinueux mais ça y est, j'y suis arrivée : je suis là où on m'attendait.

7 commentaires:

  1. Je file voir ton autre blog ;)
    Well done!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Carrie et bienvenue sur 37chocolates !

      Supprimer
  2. Génial, ça m'émeut beaucoup un article comme celui ci. Et j'avoue même une pensée pas jolie jolie, je me sens envieuse. Non pas de ton succès, que tu mérites largement, mais de cette petite voix.... Moi aussi je veux aller là où je dois être.... mais où ? Ca fait des années que je cherche ! Bref, si tu veux qu'on en parle... (btw on se suit sur IG, mon pseudo @margotetmargaux), j'habite à DC. Belle journée ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je cherche toujours aussi... surtout en ce moment... ca donne un peu d'espoir tout de meme.

      Supprimer
    2. Merci Marguerite, pour le soutien comme pour ta sincérité. Mon chemin s'est étalé sur plusieurs années et ce qui m'a sauvée c'est d'avoir poussé ma curiosité pour explorer le monde du chocolat. Aujourd'hui, l'écriture et le chocolat font partie intégrante de ma vie comme cela était le cas lorsque j'étais petite. Mon conseil, si tu te sens perdue, serait de te pencher sur ce qui t'enthousiasmait lorsque tu étais petite fille, ta réponse s'y trouve probablement. À bientôt et vonne chance xo

      Supprimer
  3. Courage, Laetitia, et surtout ne lâche pas le morceau !

    RépondreSupprimer
  4. Désolée Estelle mais je ne suis pas très chocolat, un carré de temps en temps me suffit. Je m'étais destinée à quelque mais on m'a barré la route, alors maintenant mon chemin sera le même que celui des décennies qui viennent de passer mais je ne me plains pas.
    Je vais quand même allez sur ton autre blog.

    RépondreSupprimer