dimanche 13 août 2006

We're Having a Block Party and You're Invited!



Samedi dernier nous avons donc été invités à une block party, une fête organisée par quelques voisins motivés auxquels tous les habitants d'un pâté de maisons sont invités. Cette block party était une grande première pour moi, je connaissais bien le concept mais je ne savais pas que notre quartier était si dynamique ! Une invitation à une block party, c'est une chose qui ne se refuse pas car c'est l'occasion ou jamais 1) de faire enfin connaissance avec ses voisins et 2) de faire la fête sans devoir prendre la voiture.

Au niveau de l'organisation, deux voisines étaient chargées de collecter les contributions en dollars de chaque famille et d'acheter boissons, burgers et hot dogs*. Le jour de la fête, chaque famille était ensuite chargée d'amener un accompagnement ou un dessert.



Autant j'étais ravie de participer à la fête, autant je redoutais le moment des présentations. Je vis peut-être aux Etats-Unis depuis 4 ans mais j'ai depuis longtemps abandonné l'espoir de parler sans accent. A une fête de quartier, cela veut dire que je vais devoir répéter 15 fois que je suis "from France", "from the suburbs of Paris" et que "I have been living here for four years". Dans le meilleur des cas, cela va s'arrêter là. Dans le pire, on me demandera de répondre à la plus redoutable des questions :

"HOW DO YOU LIKE IT HERE???"

Comment voulez-repondre à une question pareille ? Je suis toujours frustrée de répondre "I do" parce que cette question mérite à mon avis au moins 20 minutes de discussion. Je serais ravie d'entrer dans les détails mais ce n'est pas toujours évident, surtout quand on ne connait même pas le nom son interlocuteur.

Mais je m'égare.

Comme je m'y attendais, donc, j'ai du répondre à toutes ces questions sur d'où je venais et comment j'ai rencontré Jonathan. Au début j'étais super mal à l'aise mais ça s'est vite arrangé. J'ai ainsi fait la connaissance de voisins charmants, dont plusieurs autres jeune couples, et discuté avec plein de personnes aussi sympathiques qu'intéréssantes.



J'ai commencé par discuter avec le fils d'un couple de voisins qui me racontait qu'il cherchait un dessinateur pour ses scénarios de BD. Il m'a montré quelques dessins et nous avons alors débattu sur ce que nous préférions. Après ça, j'ai fait la connaissance de ses parents et, surtout, de sa grand-mère dont on m'avait dit qu'elle parlait français. Quand cette-dernière a debarqué, on lui a dit que j'etais française et j'ai cru qu'elle allait me sauter au cou ! Nous nous sommes aussitôt assises et ce fut le début d'une longue et passionante conversation.



Virginia est américaine, elle est née aux Etats-Unis mais a vécu en France entre l'âge de 9 mois (!) et de 13 ans. Elle a suivi une bonne partie de sa scolarité à Nice avant de retourner aux Etats-Unis puis de revenir, une fois adulte, en France. En 1945, peu après la fin de la seconde guerre mondiale, elle a travaillé pour "l'information" ou, comme elle le dit elle-même "c'était de la propagande hein !". Plus tard, Virginia a rencontré son mari qu'elle a suivi à Dallas (Texas), ville dont il était originaire. Virginia m'a alors raconté le choc des cultures avec sa belle-famille, le travail de son mari à l'université qui se battait contre la ségrégation et plein d'autres choses encore.

Pendant tout le temps qu'a duré la conversation, j'ai été émervéillee par la qualité du français de Virginia. Je doute qu'elle ait encore beaucoup l'occasion de pratiquer et vous auriez du entendre comme elle parlait vite ! On voyait bien qu'elle était heureuse de parler français, elle n'arrêtait pas de dire à qui voulait l'entendre que c'était en réalité sa première langue. A un moment, nous avons aussi parlé du caractère des Français et j'ai été bien surprise quand elle m'a évoqué leur pessimisme et leur impatience. Quant à la langue, j'ai bien ri quand elle s'est plaint que les Parisiens parlaient trop vite ! Au final, j'ai vraiment passé un délicieux moment avec Virginia, c'est une personne adorable et je regrette qu'elle ne vive pas dans mon quartier.



J'ai également fait la connaissance d'un voisin d'orgine allemande marié à une péruvienne qu'il a rencontrée en Suisse (vous suivez ?). Là encore, nous avons bien discuté et je vais d'ailleurs passer cet après-midi avec sa charmante épouse.

Oh mais je m'aperçois que je ne vous ai même pas parlé du buffet ! Je vous dois bien quelques mots à ce sujet : en plus des hamburgers et autres hot-dogs, il y avait plusieurs salades de pâtes, de haricots et de maïs. J'ai également goûté à une "green bean casserole", un plat auquel je m'étais pourtant promis de ne jamais manger : une mixture de haricots verts mélangés à une boîte de crème de champignon concentrée (je crois que c'est la partie qui me donne le moins envie), le tout grâtiné. On la retrouve souvent sur les tables de Thanksgiving mais jamais chez ma belle-famille !



J'ai donc touché à cette "green bean casserole" et vous savez quoi ? J'ai trouve ça bon. Le seul problème, c'est que c'était trop salé. Jonathan a drôlement rigolé de me voir manger ET apprécier ce plat que j'ai si longtemps dénigré.

Ma contribution a pris la forme de cupcakes aux bleuets recouverts d'un délicieux glaçage au sucre d'érable. Ils étaient délicieux et je ne dis pas ca parce que c'était les miens. En attendant que je vous donne la recette en français, vous la trouverez en anglais ici.



Notre voisin allemand a quant à lui amené une forêt noire, il ne l'avait malheureusement pas faite lui-même mais elle était bonne quand même et particulièrement riche en cerises.



En parlant de cerises, j'ai appris que nos voisins d'à côté ne mangeaient pas celles de leur arbre. Je m'en doutais et j'en ai donc eu la triste confirmation. La vie est parfois injuste, moi qui adore les cerises, j'ai été condamnée à les acheter à prix d'or au supermarché et à les regarder pourrir sur l'arbre des voisins. La bonne nouvelle, c'est qu'ils nous ont proposé de venir les cueillir l'été prochain. Avec plaisir !

* Je viens d'y penser, il y avait aussi des escalopes de poulet !!

30 commentaires:

  1. Super sympa, dis donc !!! Oui, moi aussi, j'ai toujours droit aux memes questions et, a la fameuse question redoutee, je reponds en general : "I like it! It's nice!" avec un grand sourire pour les convaincre ! Quand je sens que je peux, j'ajoute : "It's not Paris, of course, but I like it!" Bisous !

    RépondreSupprimer
  2. Quelle belle histoire que tes moments passés aux côtés de Virginia. Je parie que tu étais tout aussi excitée qu'elle de pouvoir parler français! Les personnes âgées sont souvent intéressantes, et quand on les écoute bien, elles nous transmettent un petit morceau de sagesse, à leur insu. Très contente pour toi de cette mémorable surprise à ton block party! (Hamburgers? Hot dogs? Oh my God... je suppose qu'ils sont inévitables lorsque l'on vit aux États-Unis, hein?)

    RépondreSupprimer
  3. Stephanie : Ca me fait plaisir de savoir que je ne suis pas la seule qui n'aime pas repondre a ce type de questions !!

    France : J'ai passe un excellent moment avec Virginia, c'est une personne itelligente, sage et pleine d'humour. J'ai adore ses histoires, elle semble aussi connaitre des tas de personnes aussi interessantes qu'elle. Les hamburgers et les hot dogs, je n'y ai meme pas goute ! Tu peux d'ailleurs voir qu'il n'y a que des accompagnements dans mon assiette :) Mes burgers preferes sont ceux de Jonathan, c'est moi qui achet le viande et c'est lui qui les prepare.

    RépondreSupprimer
  4. Estelle,

    It's amazing to me that it's "always" hamburgers and hot dogs! There are other wonderful meats to eat and especially with such a wonderful BarBQue grill as in your pictures.

    And I'm glad, too, that you were able to find foreigners who helped you feel at home. Virginia sounds wonderful!

    BTW: your new website design is very nice.

    RépondreSupprimer
  5. argh avec mon job de serveuse j'ai le droit a toutes ces questions au moins 5 fois par jour... je me dois bien evidemment de repondre a chaque fois 'it's sooo niiice' ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Carolyn : I don't have a problem with hamburgers, I just don't like the bad quality ones! Jonathan's burgers are made from scratch and they are the ones I like the most. I mostly ate side dishes that day since there was a nice variety of them. Virginia is an amazing, smart, and witty person. At some point, she asked her daughter for a beer because the retirement place where she lives does not serve alcohol! I am glad you like the new design of my blog, I spent so much time trying to implement it.

    Guillemette : Aha, je ne suis vraiment pas la seule !

    RépondreSupprimer
  7. bonjour Estelle.je passe souvent sur ton site et j'aime beaucoup....
    j'ai mon fils ainé(22 ans) étudiant depuis 4 ans à Philadelphie, alors pour moi c'est comme si....
    merci pour tout.Emma.

    RépondreSupprimer
  8. C'est cool ces parties aux USA, les gens sont normalement très ouverts et ca permet de verifier que les USA sont un veritable melting pot.

    J'adore cet aspect la-bas qui facilite le premier contact.

    RépondreSupprimer
  9. Ce billet me rappelle la "Church party" à laquelle j'étais allée avec mon mari (américain)... Etre français(e) aux Etats-Unis, c'est avoir un parfum d'exotisme et de romantisme :-). Pour revenir à cette petite "fête des voisins" version yankee (qui soit dit en passant était assez "fusion" ;-) : américains, française, allemand, péruvienne...), j'aime bien le clin d'oeil dans "la nature morte à la glacière" (photo n°3) : la bouteille French's :-). La "final touch", c'est quand même l'assiette jetable customisée avec un rappel des couleurs et motifs du drapeau américain. En France, je n'ai jamais rien vu de similaire avec nos propres couleurs, alors qu'aux Etats-Unis, c'est très répandu.
    PS : ils ont l'air drôlement bons les cupcakes aux bleuets !

    RépondreSupprimer
  10. J'adore vraiment quand tu nous fais partager ces petites tranches de vie typiquement américaines. J'ai tout de même l'impression que là-bas, il y a un certain sens de la convivialité dans le sens ou il y a souvent une occasion de se rencontrer (même si d'après ce que tu disais il n'en est pas de même pour les repas de famille).

    La nourriture semble aussi au coeur de leur vie, et c'est très amusant de voir le regard que porte une européenne sur ce que peuvent ingurgiter certains américains ;)

    RépondreSupprimer
  11. On a tout de suite envie d'aller trinquer avec Virginia!
    Question recette, je ne vais pas te demander celle des cupcakes (on ne se refait pas) mais plutot celle des hamburgers de Jonathan. C'est un secret de famille ou c'est devoilable?

    RépondreSupprimer
  12. Emma : Merci, je suis très touchée !

    Novalisa : Merci pour le souvenir et le compliment sur ma fantastique "nature morte" :)

    Suzu : Merci, je prends moi aussi beaucoup de plaisir à retranscrire ces scènes de vie, ce sont ces moments que je souhaite partager avec ma famille et mes lecteurs. Plus tard, j'aime bien les relire et me rappeler des détails que j'avais oubliés...

    Fanfan : Je peux très bien te dévoiler la recette des burgers de Jonathan, ce n'est pas un secret :) Pour commencer, tu prends de la viande hâchée à 85% de matières grasses, ça peut paraitre beaucoup mais ça va permettre d'obtenir un burger bien juteux et de toute manière tu as toujours une partie de la graisse qui fond pendant la cuisson. Tu éminces ensuite un oignon et ajoute quelques épices (cumin par exemple) quelques gouttes de Worcestershire Sauce et de A1 éventuellement, tu travailles tout ça avec les mains (mais pas trop non plus) et tu formes des burgers. Tu les fais cuire sur le grill et tu laisses reposer 5 minutes avant de servir sinon tous les jus vont s'écouler. Voilà !

    RépondreSupprimer
  13. très chouette ce billet sur la "block party"...et je suis toute étonnée de n'en avoir jamais entendu parler pendant mon séjour à Washington DC...bizarre. Cela doit être plus répandu en banlieue...dans les résidences avec maison. Dans DC, nous n'avons eu qu'une party rassemblant l'immeuble où nous vivions...pour Noël. La question qu'on te pose si souvent, on me l'a posée des centaines de fois aux USA...et maintenant que je vis dans divers pays, on me la pose de la même façon...en Irlande, au Chili, en Croatie ! du coup, je m'abstiens de la poser de but en blanc aux étrangers qui viennent résider en France ;-)

    RépondreSupprimer
  14. Petit conseil (après tu fais comme tu veux...)
    Quand on te demande comment tu l'aimes ici (je sous-titre) tu réponds : "I love it", ça ne mange pas de pain.
    Quant à ton accent, surtout tu le cultives, l'exotisme est hyper-séduisant, je dirais même "hot" (oh la la).
    Merci pour ce bon moment, on s'y croirait !
    Bises

    RépondreSupprimer
  15. Une belle journée très bien raconté.

    Les bombes aérosols à côté du monsieur de la première photo, ne serait-ce point de l'huile pour graisser la griller ou la viande ?

    Il me semble me souvenir de ce type de bombes aérosols lorsque j'habitais en Californie.

    RépondreSupprimer
  16. J'ai beaucoup aimé lire ce post, trés intéressant :p

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour, je suis tombée sur votre site par hasard. J'ai 24 ans et je reviens de 10 mois passés aux USA, dans le Minnesota, près de Minneapolis. Je suis également française mais j'ai une attirance et un amour pour l'anglais et les pays anglophones. Je fais des études d'anglais et là-bas j'y ai fais un stage. Je ne sais pas si vous partagez cette impression avec moi car je n'y suis pas restée 4 ans comme vous, mais dans l'ensemble j'en suis repartie avec une bonne image. Il faut être tolérant je pense et bien sur ils ont des aspects culinaires un peu bizarres des fois comme le pain au maïs "corn bread" mais c'est cool d'essayer des nouvelles choses. On dirait que les gens sont plus ouverts qu'à Paris, et moins individualistes. Ils disent plus "bonjour" dans la rue, et engagent plus facilement la conversation. C'est super! Après, il y a tjs des exceptions. En résumer, j'espère que vous vous y plaisez. Moi en tout cas c'était une rencontre avec des supers personnes, très généreuses et comme je viens aussi d'une "suburb of Paris", les gens étaient très intéressés! Bon courage ! Merci pour votre site ! -delphine

    RépondreSupprimer
  18. Jacqueline : Sans aller jusqu'a dire que j'adoooore es US, je reponds souvent que j'aime bien parce que c'est vrai de toute maniere :) Cette question c'est un peu comme quand on te demande si ca va, meme si c'est la peche, tu ne vas pas rentrer dans les details :)

    Mijo : Affirmatif, ces sprays a huile sont tres utilises aux Etats-Unis, je n'en utilise pas parce que ca va aussi vite d'utiliser un pinceau !

    Delphine : Bonjour et bienvenue sur mon blog ! Je trouve moi aussi les Americains plus enjoues, moins raleurs, plus accueillants, c'est tres agreable. Je ne suis pas malheureuse ici, tu sais, mon mari est americain et ca se passe plutot bien dans la vie de tous les jours. Je dois quand meme avouer que ca me manque d'entendre les gens raler, les gens super positifs, ca fatigue ;) A bientot !

    RépondreSupprimer
  19. "HOW DO YOU LIKE IT HERE???"
    -> ce qui est terrible, c'est qu'en général les majuscules et les points d'interrogation (voire d'exclamation) sont dans la voix de tous ceux qui posent cette question, non ? i.e. impossible d'y échapper, genre j'ai pas entendu...

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Estelle,
    Je suis contente d'entendre que ce genre de questions se pose tout autour de la planète mais n'entends tu jamais "mais pourquoi t'as quitté la France" les suédois ils voient cote d'azur et sable fin et se demandent pourquoi on quitte le pays des vacances...

    la party avait l'air très sympa! (j'ai l'eau à la bouche là)

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour!

    Est-c'il y a une telle chose en France? Des "block parties" étaient une tradition aux É.U. quand les villes étaient plus petites. (Mais ça se perd, je crois, plus en plus dans notres jours.)

    Je veux aussi dire que j'aime bien votre histroire en répondre aux questions des américains: et il faut que je disse que les français ne sont pas mieux! C'était la question la plus demandée pendant mes deux visites en France. Ça se fatigue!!

    Et je souhaite que c'était possible de faire la connaissance de Virginia. Quelle vie elle a vécue!

    RépondreSupprimer
  22. Fred : On m'a deja traitee de folle pour avoir quitte la France (ca venait de la part d'un cingle) qui disait que c'etait trop nul ici. J'ai vraiment ete tres vexee, je n'ai vraiment pas a me plaindre ici et puis c'est un choix que j'ai fait, zut !

    Chtistine : Je suis sure que c'est pareil en FRance, en Allemagne, au Mexique, bref, partout ! Quqnd mon voisin allemand est venu, devine ce que je lui ademande ? Un accent, ca rend les gens curieux et c'est bien normal :) Il y a juste des fois ou je n'ai pas envie de parler, c'est tout !! Les block parties sont plus communes dans les suburbs, dans les quartiers ou les habitants sont etablis... enfin, j'aimgine. Jonathan n'a jamais ete a une block party de sa vie alors qu'il est ne ici !!

    RépondreSupprimer
  23. Cela sent une grande organisation et une envie d'echanger. Je pense pas qu'en France on puisse reproduire ce type d'echange.
    Merci pour ce post qui que j'ai pris plaisir a lire.

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour Estelle, cela fait quelques temps que je consulte ton blog, mais je n'ai encore jamais laissé de message. J'adore flâner sur ces pages, c'est toujours très agréable et très dépaysant. En plus, ton blog regorge de bonnes recettes, ce qui ne gâche rien ! Merci de partager tout cela avec nous. ;0) Delphine (une bretonne pur beurre salé)

    RépondreSupprimer
  25. Hello Estelle,

    Je consulte souvent ton blog depuis que je l'ai decouvert en recherchant une recette. Je trouve tres interessant le partage de ton experience aux USA. Je suis francais, marie avec une americaine et nous habitons en Angleterre. J'aime donc beaucoup lire ton blog car certaines situations sont tres similaires...

    A bientot sur ton blog.

    RépondreSupprimer
  26. salut estelle
    tes messages sont toujours aussi passionnants et ils nous donnent vraiment envie de te rejoindre.
    pourrais tu me dire quel est le parfum préférée des américaines en ce moment (a l'époque c'était eternity de calvin clein).
    merci.

    RépondreSupprimer
  27. Stéphane : Merci beaucoup.

    Entre Amis : Merci beaucoup pour tous ces compliments, je suis vraiment ravie que tu te sois manifestée :)

    Jean-Charles : Merci et à bientôt par ici :)

    Sandra : Merci (décidemment, je ne suis pas très originale !) ! Je n'ai aucune idée du parfum en vogue aux Etats-Unis... De manière générale, les Américaines utilisent peu de parfum, il n'y a qu'à regarder le choix minuscule dans les grands magasins, rien à voir avec la France !

    RépondreSupprimer
  28. Ca c'est le côté charmant de l'Amérique (je ne serais pas cynique en pensant à Desperate Housewives et aux sourires de façade qui peuvent avoir lieu au 10ème block party !! lol just joking Estelle ;o))
    Honnêtement, j'ignore si cette coutume prend ses origines aux USa, mais je la trouve exquise, intelligente et plaisante au possible.
    Cela existe ici aussi, mais c'est si rare.
    Nous en avons fait chez moi, enfin juste entre les deux résidences donnant sur le petit patio-square commun.
    C'est un immeuble qui a 4 ans tout juste et nous étions tous arrivés en même temps au début, tout était neuf... nous aussi.
    Et puis, les habitants, la plupart étonnamment jeunes au départ(ce qui me convenait bien)ont commencé à déménager, unpar un.
    Aujourd'hui, je suis la seule d'origine sur mon palier (soit 4 appart.)...
    Mais justement, tu me donnes une idée... mercii ;o)
    Ta rencontre avec cette vieille femme a dû être magique, j'adore ce genre de dialogue enrichissant.
    Très amusant le mix du couple germano-péruvien formé en Suisse !!
    Tes cupcakes sont sublimes et je suis bien contente de ne pas trouver en France, le concentré de champignons peu engageant dont tu parles ..; green bean casserole !?... pourtant le nom pourrait être sympathique... A méditer.
    Bye !!

    RépondreSupprimer
  29. Excellent les etiquettes avec le prenom sur les pulls.
    Ca me fait penser a l'episode de Friends ou Ross veut se rendre sympa vis a vis des ses voisins: http://www.friends.stopklatka.pl/zdjecia/5/515b.jpg

    Beau reportage sur la vie americaine, merci.

    RépondreSupprimer
  30. Ah les blocs parties... qu'est ce que ça a l'air bien. Il faudrait qu'avec mes voisins on se réunisse plus souvent autour d'un buffet dans la ruelle où nous vivons. Celle la semble avoir était géniale!

    A quand la prochaine? ...;)
    Bises
    Pensée gourmande

    PS: - Miguel a raison, les étiquettes sur les pulls ça m'a fait directement penser à Ross Geller, pardon, DrRoss Geller ;)
    - Je ne suis pas la Emma qui a son fils qui vit à Philadelphie, mais j'ai un point commun avec elle, c'est que j'aime beaucoup ton blog.

    RépondreSupprimer